greement-jonque-de-mer-moderne-voilier
 
Access this page in English
Voir les Plans
Jonque de Plaisance


Faire construire votre JDP
en Inde:
Les Avantages

Les constructeurs amateurs peuvent choisir à partir de quatre kits qui donnent un excellent début de construction avec des garanties sur la qualité des bois utilisés

Gréement d'une Jonque de Plaisance

Il exist une grande variété de gréements jonques. Dimitri en a gardé la plupart des caractéristiques et vous propose ces dessins pour en expliquer les principes:

L'anatomie du gréement jonque:

JONQUINETTE-Rigging

Fonctionnement de la voile de jonque:
Junk rig: Amure raidie
Junk rig: Amure libre
Junk rig: Voile affalé pour 2 ris

Symbols Chinois qui définissent une jonque Junk Rig

Il n'y a qu'une vraie question: pourquoi des bambous et des mâts inclinés dans le 'mauvais' sens?

Hé bien comme souvent, c'est très simple: dans l'antiquité les Chinois qui ont pourtant beaucoup inventé, ne disposaient pas de tissus solides pour faire des voiles, ou quelques fois aussi, l'utilisation de tissus était interdite par des maîtres de guerre locaux (pour éviter sans doute que des citoyens aillent voir ailleurs et plus loin, si l'herbe était plus verte).

Il ne restait donc, au fond du jardin que des feuilles de latanier pas bien résistantes, mais aussi par chance des bambous qui installés intelligemment sur la voile, la renforce sérieusement. Il est probable que devant cette voilure, les Chinois n'ont pas eu de mal à imaginer de réunir ces 'bômes' par des écoutes multiples permettant de contrôler facilement la courbure de la chute et de prendre des ris en choquant la drisse et sans avoir à ligaturer des garcettes, ni même sans changer de cap!

Mais ce n'est pas fini et là c'est bien le fin du fin de l'astuce Chinoise: Pour faire virer de bord un bateau, il ne faut pas que la voile d'avant l'en empêche. Nous avons beaucoup plus tard inventé le foc... les Chinois avaient trouvé mieux: il suffit de mettre la misaine très en avant et de l'incliner vers l'avant.

Si vous laissez la voile se mettre en place par la gravité naturelle de son poids (Fig. 1), elle est dans cette position une voile normale. Mais si vous ajoutez une armure, en la raidissant, vous 'effacez' la partie avant de la voile (Fig. 2). En 'envoyant', le bateau peut entamer son virement de bord, puis dès que le lit du vent est franchi, on largue l'armure. La voile reprend toute seule sa position naturelle et le bateau peut alors suive sa nouvelle route sans aucune autre manoeuvre.

Il est à noter, que l'ensemble des bambous sont de très sérieux renforts qui permettent d'utiliser des tissus plus légers que sur les bateaux occidentaux. D'ailleurs la surface de voilure installée est une voilure maximum de petit temps puisqu'il suffit d'affaler, bambou par bambou, pour prendre des ris. Il suffit ainsi de jouer sur les drisses pour équilibrer le bateau sous voiles à toutes les allures (Fig. 3).